Procès imam Ndao: La défense pour la comparution des officiers Ablaye Diop et Issa Diack

publicité

L’audience du procès de l’imam Ndao et Cie a repris ce lundi à la Salle 4 du Tribunal de Dakar. L’audience est ouverte par des requêtes formulées par les avocats de la défense.

Ces requêtes sont formulées par Me Moussa Sarr, avocat de l’imam Alioune Ndao. La robe noire demande, à titre de « simple renseignement« , la comparution du commissaire divisionnaire Ablaye Diop et du chef d’escadron Issa Diack. A rappeler que la Chambre criminelle avait estimé que leur comparution n’était pas nécessaire.

Ainsi, après une semaine de débat, les avocats de la défense, par la voix de Me Sarr constatent que le « ministère public s’oppose aux déclarations« .

« Ils rapportent de situations qui ne relèvent pas des prévenus. Issa Diack soutient que le centre de l’imam Ndao constitue un centre d’endoctrinement pour vulgariser le terrorisme…« , poursuit Me Sarr qui estime qu’ « il est bon qu’ils viennent nous dire où est-ce qu’ils sont allés chercher cela… » La défense demande ainsi que ces officiers viennent comparaître à la barre, à titre de renseignement.

La seconde requête, c’est aussi la comparution du général Cheikh Guèye, chef d’Etat major général qui, selon toujours Me Sarr, s’est « dévié de son obligation de réserve » en se prononçant sur ce dossier qui était sous instruction. C’était lors du 3ème Forum pour la paix et la sécurité. « Qu’il vienne dire ce qu’il connaisse de ce dossier…« , a dit la robe noire.

Et la 3ème requête concerne le cas Marième Sow qui a reçu de l’argent de la part de Coumba Niang, épouse de Matar Diokhané, supposé cerveau de la bande: « Le parquet lui-même lui a demandé ce qu’elle fait ici. Si tout le monde s’interroge sur sa présence, je sollicite, pour le compte de mon confrère Aly Fall, qu’elle soit mise en liberté provisoire… »

Pour sa part, Me Massokhna Kane a axé sa plaidoirie sur la presse qui, estime-t-il, présente son client comme un terroriste. « Ce n’est pas responsable au nom du principe sacro-saint de la présomption d’innocence… Ce procès est extrêmement important. Et tant qu’ils ne sont pas déclarés coupables, il ne faut pas véhiculer certaines informations« , selon M. Kane.

Il demande, à cet effet, que l’on interdise la diffusion des débats en se gardant de publier certains articles tant que le verdict n’est pas prononcé.

Prenant la parole, le procureur a donné son avis sur la première requête de la défense. « Ils ont rappelé qu’ils sont des avocats de l’imam Ndao qui n’a pas encore été entendu. N’allons pas plus vite que la musique et attendons son interrogatoire. Et si Tribunal juge que c’est nécessaire de les faire comparaître, ils comparaîtront« , conseil le ministère public.

Toutefois, il précise que ces PV « ne valent qu’à titre de simple renseignement. Ce sont des documents qui nous sont soumis (…) Vous êtes libres d’en faire l’appréciation…« . Sur ce, il ne juge pas nécessaire la comparution de ces officiers car, rappelle le procureur, « la loi donne la possibilité d’écarter ces PV« , s’opposant ainsi à cette demande de Me Fall.

Et par rapport à la seconde requête des avocats de la défense, le procureur rappelle que les faits pour faire comparaître les témoins sont clairement dictés par la loi car, « pour faire entendre un témoin, il y a des formalités à respecter… »

Et pour la presse, le procureur de rappeler que « la loi dit que l’audience est publique… »

« Je ne me souviens pas d’avoir posé cette question. Le ministère public n’a jamais tenu ces propos. Elle a reconnu avoir reçu de l’argent de Matar Diokhané (…) Nous estimons la demande non fondée et rejetons cette requête« , a répondu le procureur par rapport à la troisième requête des avocats de la défense, concernant le cas de Marième Sow…

Le Tribunal, présidé par le juge Samba Kane, promet de statuer sur ces requêtes des avocats de la défense après la pause.

Voir aussi

TENDANCES DU JOUR

Laisser un commentaire

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.