publicité

Cheikh Yerim encore chez les ados…

Cheikh Yerim encore chez les ados…

La soixantaine révolue, lassé par le stress après 20 ans d’animation et de recherche effrénée des sponsors, Aziz Samb avait contacté Cheikh Yérim Seck pour lui céder les droits de « Oscar des Vacances ». L’animateur revient sur cette cession.

« Quand j’ai voulu vendre Oscar des Vacances, j’ai réuni le Task Force pour discuter avec eux. J’avoue que je ne connaissais pas Cheikh Yérim Seck. Je l’ai contacté par le biais de Pape Alé Niang. Je l’ai appelé et je lui ai dit, je t’ai écouté parler depuis un bon bout de temps, je pense que tu as avoir les capacités de conduire Oscar des Vacances pour l’avenir. J’ai cédé les droits de Oscar à 20 millions à Cheikh Yérim Seck. Il faut savoir que Oscar des Vacances nécessite des moyens. Rien que pour le démarrage, il faut claquer 10 millions qu’on perd sur des avances télés, locations de stades, et autres frais. Ensuite, Les frais arrivent et ça peut aller jusqu’à 40 millions » révèle Aziz Samb.
“Pourquoi Oscar des vacances s’est arrêté seul Cheikh Yérim peut répondre”
Ce dernier d’ajouter : Quand Cheikh Yérim a pris Oscar, j’ai mis mon staff à sa disposition, je lui ai dit voilà mon staff si tu peux travailler avec eux car certains connaissaient le fonctionnement » explique Aziz Samb. Malheureusement, les choses se passent autrement, l’émission va s’arrêter au grand dam des jeunes. « Visiblement, le constat que j’avais fait est que certains ont fait comprendre à Cheikh Yérim Seck que tu n’avais pas besoin de Aziz Samb et de son staff. Car on est là pour faire le travail ». Alors pourquoi Oscar des vacances s’est arrêté seul Cheikh Yérim peut répondre à cette question. J’ai cédé les droits de Oscar à 20 millions. Je n’ai bouffé que 1 million tout au plus. J’ai tout distribué aux autres. Tout ce qui est gravité autour de l’émission ont reçu quelque chose » a martelé Aziz Samb dans l’émission Ndekeli de Nicolas de Sud FM.

TENDANCES DU JOUR

Laisser un commentaire

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.