publicité

Un programme de lutte contre les maladies mortelles en gestation

Le Bureau régional de I’Organisation mondiale de la santé pour I’Afrique a mis au point un programme de lutte contre les maladies mortelles en Afrique. Il s’agit d’un programme qualifié de ‘’phare’’ d’une durée de cinq ans qui s’appuie sur les enseignements tirés des situations d’urgence récentes et sur les investissements actuellement en cours de préparation au niveau régional, a indiqué l’Oms dans un document parvenu à teledakar. Une occasion pour celle-ci de rappeler, entre autres situations d’urgence sanitaire, la flambée dévastatrice de maladie à virus Ebola qui a frappé I’Afrique de I’Ouest en 2014-2015.
Consciente alors du rôle des médias, l’Oms a initié une formation des journalistes aux situations d’urgence de santé publique pour mieux outiller ceux-ci. Ladite organisation trouve que ‘’pour s’attaquer aux maladies mortelles, il était nécessaire d’être mieux préparé et de posséder des systèmes de santé plus solides’’. Pour ce faire, deux ateliers régionaux qui ont mobilisé 40 journalistes du continent dont trois venant du Sénégal vont être déroulés. Le premier s’est tenu les 28 et 30 avril dernier à Nairobi (Kenya) et Ie second s’est ouvert aujourd’hui, à Abidjan (Côte d’Ivoire), les 10 et 11 mai 2018 et comptera 19 participants.

L’atelier de Nairobi déjà bouclé a été dispensé en anglais au profit de 21 journalistes anglophones. Quant à celui d’Abidjan, il sera dispensé en français, informe ladite organisation dans sa note conceptuelle parvenue à teledakar.

‘’Les médias sont des acteurs essentiels pour la diffusion de I’information sanitaire pendant les situations d’urgence ayant un effet sur la santé ; par leurs reportages, ils jouent un rôle important dans les politiques de santé publique. Mais dans la région, nombre d’entre eux ne disposent que de maigres financements, et peu d’entre eux ont des journalistes spécialisés en santé. Même dans les pays possédant des groupes médiatiques développés, les journalistes couvrant les situations d’urgence sont souvent des correspondants locaux établis dans des zones reculées du pays, peu formés au journalisme sur la santé et connaissant mal ces questions.

L’objectif, à travers ces deux rencontres internationales, selon l’Oms est, entre autres, de ‘’conduire deux ateliers de deux jours, destinés aux journalistes anglophones et francophones de la région, mettant I’accent sur la communication sur les risques’’, a souligné l’Oms.

publicité

Voir aussi

TENDANCES DU JOUR

Laisser un commentaire

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.