International

Vidéo – Deux domestiques kényanes agressées par un militaire au Liban

Coups de pied, gifles, cheveux tirés : le 17 juin dernier, un militaire libanais a agressé deux jeunes travailleuses kényanes, à Bourj Hammoud, un quartier du sud de Beyrouth. L’incident a été filmé… et pourtant, ce sont les jeunes travailleuses qui risquent aujourd’hui l’expulsion, déplore notre Observatrice.

La scène a lieu le 17 juin dernier, à 18 heures, dans une rue de Bourj Hammoud, un quartier excentré de Beyrouth. La vidéo postée par la page “Weyniyyé El-dawlé” [en français “Où est l’État ?” NDLR] dure deux minutes. On peut voir un homme attraper par les cheveux deux femmes noires. Il leur assène plusieurs coups à la figure avant d’être rejoint par deux autres hommes et une femme.

Ces derniers se mettent à plusieurs et rouent les jeunes femmes de coups. L’homme attrape les deux femmes par les cheveux et les secoue. Au bout de plusieurs secondes, un groupe de passants intervient et tente de mettre fin à l’agression.

D’une grande violence, cette vidéo a suscité une vague d’indignation sur les réseaux sociaux, la plupart condamnant la brutalité de l’agresseur et l’indifférence des passants.

Heurtées par la voiture, elles se sont écroulées par terre

D’après une enquête du quotidien libanais L’Orient-Le Jour, l’agresseur est un soldat, propriétaire d’un café du quartier. Le militaire se trouvait à bord de sa voiture avec son épouse et ses enfants et aurait dévié son chemin vers les deux femmes, selon des témoins de la scène. Heurtées par la voiture, les jeunes femmes se sont écroulées par terre. Ces dernières, travailleuses domestiques, effectuaient des courses dans le quartier.

Les deux victimes ont ensuite été conduites au poste de police du quartier. Selon le récit obtenu par le MAR (Mouvement Anti-Raciste), une association locale de défense des travailleurs étrangers, l’enquêteur a déclaré que les employées de maison “seront expulsées du pays parce qu’elles n’ont pas de papiers”. Ces dernières ont porté plainte pour coups et sévices. Le dossier a été transféré au tribunal militaire.

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.