Actualités

Mamour Cissé, Psd/Jant-bi, candidat: « Karim Wade et Khalifa Sall ne lui arrivent pas à la cheville… »

« Nous n’avons jamais fait un clin d’œil à Macky Sall« , précise Abbass Cissé, invité de Rfm matin, ce mardi. Pour le porte-parole du Psd/Jant-bi, ce qui les intéresse ce sont les préoccupations des populations. Se considérant un parti d’alerte, il en a profité pour lister les maux dont souffre le Sénégal, non sans révéler la candidature de leur leader à la prochaine élections présidentielle. « Une demande du peuple… » selon lui.

« Mamour Cissé sera candidat…« , révèle le porte-parole du Psd/Jant-bi. Il estime qu’il leur sera facile d’obtenir le nombre de signatures requis, exigé par le système de parrainage « car c’est le peuple sénégalais qui demande qu’il soit candidat (…) Pas un casse-tête pour obtenir 52.000 signatures. A deux reprises, nous avons été portés par les populations à l’Assemblée nationale…« , s’est-il félicité.

« Khalifa Sall et Karim Wade ne peuvent pas inquiéter Mamour Cissé…« , dit-il de la candidature incertaine de ces derniers à la prochaine Présidentielle « pour la bonne et simple raison que c’est un homme de valeur et aucun candidat ne lui arrive à la cheville… » Toutefois, le porte-parole du Psd/Jant-bi déplore la façon dont Khalifa Sall a été emprisonné.

« Nous n’allons plus accepter que Macky Sall reste encore à la tête du pays pour cinq (5) années encore. Avec tous les malheurs qu’on a vécu avec lui…« , liste-t-il le manque d’eau qui sévi à Dakar depuis un certain temps, le cas Karim Wade, le dossier Khalifa Sall, entre autres.

« J’en reviens à l’arrêt rendu par la Cour de justice de la Cedeao qui a fait état de violation des droits de Khalifa Sall. Et tout le monde sait que dès qu’on parle de violation, c’est l’annulation des poursuites qui devait s’en suivre. Après annulation, c’est sa libération qui devait s’en suivre. Mais aujourd’hui, on parle de son maintien en prison, au mépris de toutes les conventions et chartes qu’on a signées« , regrette Abbass Cissé qui en appelle à une résistance de tout le peuple sénégalais pour combattre cette injustice.

» ‘Fi niou dieum ak Macky Sall dou ame ndokh. Té wérna péng, guiss ngéne ni tanyi amoul ndokh…’ Que les sénégalais patientent juste six (6) mois et après ces six (6) mois, tout reviendra à la normale parce que quelqu’un d’autre sera à la tête du pays pour nous apporter la stabilité tant espérée dans le pays…« , rassure Abbass Cissé.

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.