publicité

Enseignement supérieur : Installation du conseil d’administration de l’Uvs

Le Conseil d'administration (Ca) de l'Université virtuelle du Sénégal a été installé, ce jeudi 11 octobre 2018 à Dakar, par le ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'innovation, Mary Teuw Niane.

Un conseil dont le rôle est, “d’adopter le plan stratégique de l’Uvs et la feuille de route directeur, de voter le budget et faire la reddition des comptes de l’Institution. Il s’agit aussi de faciliter et d’impulser le travail collectif mené pour leur mise en œuvre dans le cadre du Plan stratégique de développement 2018-2022”.

À l’occasion, le ministre a renseigné que les administrateurs sont issus de plusieurs secteurs à savoir : les collectivités territoriales, le président de l’association des maires du Sénégal, le président de département, le monde socio-économique avec l’ancien Président directeur général de l’Ism, le président d’optique qui est du numérique, les partenaires des différents ministères notamment de l’Economie, des Finances et du Plan, de la formation professionnelle, des Télécoms, l’économie numérique, de la Gouvernance locale, les internes et des personnalités extérieurs.

D’après Amadou Diaw, coordonnateur du comité de pilotage dudit conseil, l’Université virtuelle est la deuxième université du Sénégal en termes d’effectifs. “2 000 étudiants en 2013, 14 000 en 2014 et plus de 20 000 en 2018”, a indiqué Mary Teuw Niane. Qui ajoute que “l’Uvs est la réforme phare que le président a fait au niveau de l’enseignement supérieur. Parce qu'”elle apporte la rupture”.

Son objectif est de faire de l’enseignement supérieur “un levier important du développement socio-économique national, mettre les technologies de l’information et de la communication au cœur du développement de l’enseignement supérieur et de la recherche, notamment en améliorant l’accès à l’enseignement supérieur et l’efficacité du système, permettre une meilleure appropriation des Tic par toutes les catégories sociales du pays (acteurs universitaires : étudiantes, étudiants, enseignants-chercheurs, personnels administratifs et techniques; populations, associations…); accroître des services innovants contribuant à l’émergence d’une filière numérique dédiée à la formation des étudiantes et des étudiants”.

Cependant, comme toutes les réformes, le ministre de l’Enseignement supérieur de révéler que “l’Uvs a fait face à des résistances, parfois légitimes, fondées surtout sur une crainte légitime d’un changement qui laissait entrevoir le développement d’un système d’enseignement dont on ne trouve pas de modèle dans nos environnements traditionnels. Selon lui, l’Uvs appartient aux étudiants, au Sénégal et à l’Afrique”.

En ce sens, il note que “l’État sera toujours aux côtés de l’Uvs pour la soutenir dans ses projets. Car, “elle est une université comme les autres aux plans de la pédagogie, de la recherche et du service à la communauté”. Et qu’elle a pour mission de former tout Sénégalais qui a envie d’acquérir une compétence, un certificat”.

Avec le réseau des Eno (Espace numérique ouvert : Ndlr), l’Uvs dispose “d’un atout considérable car, devant être à terme, le seul établissement public d’enseignement supérieur présent sur l’ensemble des 45 départements du Sénégal, a martelé Mary Teuw Niane. Qui s’est dit “convaincu que nul autre établissement de formation ne pourra mieux incarner cette idée dont les capacités d’accueil des Eno font de l’Uvs une université de la société, des collectivités territoriales et de la diaspora”.

Près de 3000 étudiants fréquentent quotidiennement les Eno, selon le coordonnateur de l’Uvs, Professeur Moussa Lo. “19 000 étudiants sont en formation initiale, 650 en formation continue, 300 enseignants issus du public et du privé et de la diaspora et 1500 tuteurs”. C’est pour cela que le ministre estime qu'”il ne fait pas de doute que nous avons réussi”. Même s’Il est vrai qu’il y a encore des efforts à faire. Il convient, à présent, de consolider la pédagogie, renseigner les meilleures pratiques et innovations, élaborer un cadre juridique d’exercice des prestations de l’Université, faire de l’Uvs une entreprise de formation et de prestations de services de toutes sortes”.

Pour Mary Teuw Niane, le meilleur reste à venir au regard des efforts immenses fournis pour prendre en charge, l’ensemble des difficultés du démarrage, l’instauration de la qualité et le déploiement sur le territoire national. Parce ce que, la mise en place du Ca de l’Uvs arrive à point nommé. Car, soutient-il, “coïncidant, d’une part, avec la stabilisation du modèle pédagogique innovant, conçu et mis en œuvre par l’Uvs et, d’autre part, par la réception prochaine des Eno en cours de finalisation”. Sans oublier la construction du siège de l’Uvs dans la Cité du savoir à Diamniadio.

TENDANCES DU JOUR

Laisser un commentaire

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.