publicité

Corée du Sud : Les excuses du gouvernement pour des viols commis par l’armée

Le ministre de la Défense a présenté ses excuses pour 17 cas de violences sexuelles commises contre des femmes civiles par des soldats de l’armée sud-coréenne, il y a 38 ans, quand la dictature militaire de l’époque avait réprimé un soulèvement démocratique dans la ville de Gwangju, au sud de la Corée du Sud. Le gouvernement a récemment relancé une commission d’enquête sur les atrocités commises lors de ce massacre.

Avec notre correspondant à Séoul, Frédéric Ojardias

« Je présente mes excuses, de la part du gouvernement et de l’armée, pour les blessures profondes et la souffrance infligées aux victimes innocentes », a déclaré Jeong Kyeong-doo, ministre de la Défense, lors d’une conférence de presse télévisée.

« Restaurer l’honneur des citoyens de Gwangju »

S’inclinant profondément devant les caméras en signe de contrition, Jeong a aussi promis de « restaurer l’honneur des citoyens de Gwangju, qui s’étaient soulevés pour résister contre le régime militaire et restaurer la démocratie ».

Ces excuses surviennent une semaine après qu’une commission d’enquête a confirmé 17 cas de tortures et de violences sexuelles contre des femmes qui avaient participé au soulèvement de mai 1980. La répression armée ordonnée par le dictateur de l’époque, le général Chun Doo-hwan, avait fait officiellement 200 morts et 1 000 blessés.

Un devoir de mémoire qui divise

Le devoir de mémoire autour de ce massacre continue de diviser profondément la gauche et la droite coréenne. En juin, le gouvernement progressiste a décidé de relancer les investigations sur les atrocités commises à l’époque par l’armée.

Laisser un commentaire

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.