Lactualité en temps réel

Vidéo – Après Koulibaly, l’humoriste Donel Jack’sman traité de “sale noir” en plein spectacle

En plein spectacle à Nice, un homme a crié sur l’humoriste à trois reprises “sale Noir”. Il témoigne auprès du “HuffPost”.


Une scène tellement surréaliste que certains internautes ont douté de sa véracité. Pourtant elle est tristement vraie. Le 24 décembre dernier, l’humoriste Donel Jack’sman a publié sur son compte Instagram une vidéo où on le voit se faire insulter à trois reprises de “sale Noir” en plein spectacle par un individu présent dans la salle. La vidéo, qui a été partagée des milliers de fois sur Twitter, a choqué par son caractère hautement raciste. Contacté par Le Huffpost, le stand-uper de 37 ans revient en détail sur cet incident.

Donel Jack’sman, sur scène depuis près de 10 ans, aborde avec humour des sujets délicats de société, et résume l’état d’esprit de ses spectacles par ce credo: “On ne se connaît pas. On ne se juge pas. Mais on passe un moment ensemble”. Mais malheureusement, ce principe ne semble pas à la portée de tous.

“Sale Noir!”
La scène se déroule le 22 décembre dernier au théâtre de la Cité à Nice. Fidèle aux thèmes qui lui sont chers, Donel Jack’sman veut prendre le pouls des orientations politiques des spectateurs niçois grâce au principe de l’applaudimètre. Quand vient le tour du Rassemblement National, un seul homme applaudit.

L’humoriste, qui ne se limite pas aux clivages “gauche gentils, droite riches”, salue l’honnêteté de ce spectateur. On le voit dans le début de la vidéo: “Le gens qui votent Front National (aujourd’hui Rassemblement National, ndlr), ce qui m’énerve, c’est qu’ils n’assument pas souvent. Lui, le monsieur, il a assumé et c’est cool. C’est cool!”

Et soudain ledit spectateur enchaîne: “Sale Noir!”. Rires nerveux et gênés dans la salle. Stupeur totale du stand-uper: “Pardon?”, “Sale Noir!” insiste l’homme. L’humoriste demande encore une deuxième fois au spectateur s’il a bien entendu et l’homme enfonce le clou: “J’ai dit: sale Noir!”. La violence des propos jettent une incompréhension générale et laisse un moment de flottement dans la salle.

“Je lui ai fait répéter plusieurs fois pour être sûr de ce que j’avais entendu. À ce moment là, je suis totalement partagé. Sur scène, tout va très vite, j’ai une fraction de secondes pour décider si je lâche le micro et si je fonce sur cet homme. Mais je décide de ne pas le laisser gagner et faire pâtir le reste de la salle, qui n’avait rien demandé. J’ai continué mon spectacle pour ne surtout pas donner d’importance à cet individu”, témoigne-t-il.

Le public comme soutien

Face à ces insultes, l’humoriste a gardé son calme et a répondu: “Mais tu aurais pu fermer ta gueule en fait. Tu as mis ce qu’on appelle un malaise qui n’apporte rien dans le spectacle -à part de la gêne pour toi, et tout le monde est gêné pour toi! Et tu te dis ‘j’aurais dû me taire en fait'”. Et il clôt l’incident par une saillie: “Déjà quand tu avais applaudi à FN on avait rien dit car tu as payé ta place”. Rire dans la salle, la page raciste du spectacle se tourne.

Sur les réseaux sociaux, beaucoup d’internautes on fustigé le public de la salle pour avoir ri au moment des insultes racistes. Donel Jack’sman veut mettre les choses au clair à ce sujet: “Je veux défendre le public. À ce moment là, ils ne peuvent pas savoir si ce qui arrive est un happening ou non. De plus, le rire peut parfois être un échappatoire inconscient à la gêne ou à l’incompréhension. La situation prêtait à confusion. Je veux les remercier encore, j’ai reçu énormément de soutien.”

L’homme non identifié

Toutefois, certains internautes ont affirmé que Donel Jack’sman avait organisé un coup monté avec un complice pour se faire de la publicité. Il balaye une à une ces accusations et remercie encore ses fans: “La vidéo a été prise par une femme du public qui me l’a gentiment envoyé sur Instagram après le spectacle. Et j’ai reçu un nombre incalculable de message de soutien, je les remercie.”

“C’est dommage, j’aurai aimé lui parler à la fin du spectacle” assure Donel Jack’sman au Huffpost. Mais l’homme s’est volatilisé. À la question de savoir s’il souhaitait porter plainte, le comédien se dit mitigé: “Je ne sais pas quoi penser. Je ne suis pas trop dans la culture de porter plainte. Mais beaucoup de personnes avec qui je suis en contact m’invitent à ne pas laisser passer cet acte raciste, même si cette plainte est perdue parmi des milliers”.

Laisser un commentaire

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.