La tête du fils de Ben Laden mise à prix

La tête du fils de Ben Laden mise à prix

Les Etats-Unis ont annoncé offrir, jeudi, une récompense pouvant atteindre un million de dollars pour toute information permettant de retrouver Hamza Ben Laden, présenté comme un « dirigeant-clé » d’Al-Qaïda.

Considéré comme le fils préféré – voire le successeur désigné – d’Oussama Ben Laden, le fondateur du réseau à l’origine des attentats du 11 septembre 2001, Hamza était déjà sur la liste noire américaine des personnes accusées de terrorisme.

Hamza, dirigeant émergeant d’Al-Qaïda
Selon le département d’Etat américain, qui promet cet argent en échange d’informations « permettant de l’identifier ou le localiser dans n’importe quel pays », il s’agit d’un « dirigeant émergent » d’Al-Qaïda.

Depuis au moins août 2015, il a publié des messages audio et vidéo sur internet appelant à lancer des attaques contre les Etats-Unis et leurs alliés occidentaux, et il a menacé des attaques contre les Etats-Unis pour se venger de la mort de son père, tué en mai 2011 par des soldats américains », a déclaré Michael Evanoff, secrétaire adjoint américain à la sécurité diplomatique.

Selon des spécialistes des groupes islamistes, le jeune homme, aujourd’hui âgé de près d’une trentaine d’années, dirige le groupe Ansar al-Fourqan, qui attire depuis quelques mois en Syrie les combattants les plus endoctrinés d’Al-Qaïda ou de l’organisation jihadiste Etat islamique.
Euronews

Comments

Leave a Reply
  1. que Allah protége se héros fils du grand héros musulman du 21 siecle.si protéger est defendre sa religion est ces térre est étre terroriste alors ns somme 1 milliard est demi de terroriste.se qui a était prie par la force ne peu étre recuper que par la force.tu est sur le méme chemin que ton pére que allah leu offre le paradis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Loading…

0

Sénégal : 4,5 millions de femmes « cherchent maris »

MBACKÉ / Les Socialistes dénoncent : ” Nous ne sommes pas respectés par nos alliés de l’Apr… Nous prenons désormais nos responsabilités ‘