Un sociologue du Qatar apprend aux hommes à “battre leurs épouses”

Le sociologue qatari Abdel Aziz Al-Khazraj n’enseigne pas comment faire de son foyer un havre de sérénité et de confiance par excellence, où se transmettent les belles valeurs puisées dans l’islam, ni comment entretenir la flamme entre les époux qui en sera le tison ardent. Non, loin s’en faut…

C’est une leçon d’une tout autre nature qu’a récemment dispensée cet expert en règlements de conflits conjugaux, plus enclin à « battre sa femme en douceur » en l’infériorisant, qu’à amorcer avec elle un dialogue constructif, sur un même pied d’égalité.

Selon Abdel Aziz Al-Khazraj qui s’en targue, grâce à ses précieux conseils, les maris musulmans, qataris et d’ailleurs, sauront désormais comment « discipliner leur épouse », et pas seulement en les sermonnant. Il leur recommande vivement de frapper un grand coup, histoire de montrer qui est le maître à la maison, au risque d’apparaître comme des tyrans domestiques : il faut les « battre en douceur », « par amour » cela va de soi…

« Chers téléspectateurs, de nombreuses personnes – en particulier les personnes mariées – aimeraient savoir comment battre sa femme. Est-il nécessaire de battre votre femme? Un homme doit-il battre sa femme tous les jours? Non », a-t-il lancé en guise d’introduction, aux côtés d’un jeune garçon qui allait lui servir de cobaye.

Ce numéro de duettiste, particulièrement dérangeant, est monté en puissance, lorsqu’après avoir indiqué que les « coups » infligés à sa moitié doivent « être légers », le « mari devant faire ressentir à sa femme sa virilité » et à quel point elle appartient au « sexe faible », Abdel Aziz Al-Khazraj est passé de la théorie à la pratique en mettant à contribution son jeune disciple Nayef.

Et de poursuivre : « Regardez à quel point l’Islam est miséricordieux. Le Prophète a interdit de frapper le visage. Il a interdit aux hommes de frapper le visage de leur femme. Gifler le visage, frapper la tête, le nez – tout cela est interdit ! », s’est-il réjoui.

« Imaginons que Nayef soit ici … Nayef est évidemment un garçon, mais imaginons qu’il soit une femme. Comment un mari devrait-il battre sa femme ? », a-t-il renchéri. « Tout d’abord, il doit l’avertir – autrement dit, il devrait la conseiller. Ensuite, il devrait s’abstenir de partager un lit avec elle ». Et si tout cela s’avère inutile, alors le sociologue Abdel Aziz Al-Khazraj préconise d’en venir aux mains… en douceur.

L’infantilisation de la femme et la violence conjugale comme ciment du couple, telle est la leçon moyenâgeuse qui a soulevé une houle d’indignation sur les réseaux sociaux, notamment parmi les internautes masculins à qui elle s’adressait exclusivement. Ces « chefs de maison », tels que Abdel Aziz Al-Khazraj se plaît à les décrire.

Publicité

Laisser un commentaire

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.