Lactualité en temps réel

Publicité

Macky Sall lâche ses «boucliers» : Aveu d’impuissance ?

Publicité

20

Une réunion sécrète dans le seul but de faire capoter le rassemblement prévu, demain, vendredi de «Nio Lank Nio Bagne » qui compte rééditer l’exploit de Guy Maruis Sagna et du professeur Babacar Diop, s’est tenue au palais. Un véritable aveu d’impuissance de la part du régime en place de trouver une issue heureuse à la hausse du prix du pétrole. En lieu et place, il arme des jeunes pour y faire face. Heureusement que la COJER a compris.

De jeunes «boucliers»
Devant l’aveu d’impuissance des tenants du pouvoir de régler cette question dite de la huasse du prix de l’électricité, le régime en place compte lâcher ses jeunes pour une contre manifestation demain vendredi. Le but recherché est d’étouffer dans l’œuf, l’offensive du collectif «Nio Lank» qui a appelé à un rassemblement, ce vendredi, à la Place de l’Indépendance pour toujours manifester contre la hausse du prix de l’électricité, tout en exigeant la libération de Guy Marius Sagna et Cie.

«Nous avons déjà déposé notre demande d’autorisation chez le préfet de Dakar et nous comptons manifester également demain, à la Place de l’Indépendance, au palais de la République pour contrer les autres manifestants parce que nous ne laisserons personne gâcher le travail du président de la République. Nous appelons tous les alliés des 4 départements de Dakar à venir nous rejoindre et nous comptons mobiliser 1000 à 2000 personnes », a laissé entendre sur les ondes de la Rfm, Baye Dièye, leur porte-parole des jeunes boucliers.

La Cojer se démarque…
La Convergence des jeunesses républicaines (Cojer) dit non à la contremarche de ce vendredi que les Boucliers de la République veulent organiser. Le coordinateur, Moussa Sow, prône des séances d’explications, en lieu et place de cette manifestation.

«Nous pensons que la jeunesse doit initier des séries d’explications aux populations. Ne nous laissons pas distraire par des gens qui ne veulent pas comprendre. Si les jeunes veulent organiser des contre manifestations, qu’ils aillent vers les populations pour expliquer effectivement ce que le président de la République veut faire», a-t-il suggéré sur la Rfm. A l’e croire «une confrontation entre les jeunes des deux camps ne règle absolument rien». Car dit-il «l’heure n’est pas à ça. C’est une petite partie de la jeunesse qui essaie de dire non à l’augmentation du prix de l’électricité».

Heureusement que le responsable des Jeunes du parti au pouvoir a mesuré les risques d’un affrontement entre les militants de l’Apr et les populations. Car, la marche contre l’électricité n’est pas une affaire de parti politique, encore moins de la société civile. Cette hausse concerne toutes les couches de la société sénégalaise. Comme en atteste la marche de vendredi dernier avec les personnes du troisième âge en pole position.

Ainsi, il revient au pouvoir de freiner ses jeunes pour éviter le pire face à la détermination des marcheurs à user du droit que leur confère la Constitution.

Laisser un commentaire

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.