Lactualité en temps réel

Affaire du oustaz de Ouakam : Les horribles confidences des victimes

58

Le journal Libération révèle, dans sa parution de ce mercredi, que le procureur de la République a ouvert une information judiciaire pour viol sur mineurs âgés de moins de 13 ans, pédophilie, détournement de mineurs, actes contre nature et charlatanisme contre Mouhamed Habibou Guèye né à Diaglé, se disant maître coranique et domicilié à Ouakam. À la faveur d’un retour de parquet, c’est aujourd’hui qu’il fera face au doyen des juges qui a hérité du dossier alors que le parquet a requis le mandat de dépôt.

Dans cette affaire, si les victimes, abusées alors qu’elles étaient mineures, ont porté plainte, c’est surtout parce que, selon elles, Mouhamed Habibou Guèye continuait à satisfaire ses fantasmes sur d’innocentes victimes. Libération publie, en exclusivité, tout en préservant leur anonymat, certains témoignages de victimes faits devant les policiers qui renseignent sur la personnalité perverse du mis en cause présumé. Des confidences qui donnent envie de… vomir.

A. S. : “Je suis sûr qu’il a abusé de la moitié des enfants de notre quartier…”

“J’ai connu Mouhamed Habibou Guèye quand j’avais douze ans par l’intermédiaire du nommé M. Guèye. Il prétendait m’apprendre le Coran et j’ai noué des relations d’amitié avec lui. Parfois, il organisait des conférences pendant lesquelles il nous invitait mes amis et moi. Comme j’aimais le football, il me disait qu’il pouvait m’aider à devenir un très grand joueur grâce à ses connaissances mystiques. Il a commencé à me donner des bains et parfois je dormais chez lui. Un jour, il m’a dit pour que cela marche, il lui fallait du sperme. Il a tenté d’abuser de moi, mais j’ai quitté sa chambre. Après l’avoir démystifié, j’ai arrêté de le fréquenter. Dans notre quartier, à Ouakam, je suis sûr qu’il a abusé de la moitié des enfants”.

M. D. : “J’avais 12 ans, il m’a forcé à avoir des rapports sexuels avec un mineur et aussi de me faire pénétrer par des personnes majeures”.

“J’ai connu Mouhamed Habibou Guèye en 2012. Comme il prétendait être un guérisseur, il m’a demandé de venir chez lui pour qu’il me donne des produits qui me protégeraient des djinns. Je suis allé chez lui et il m’a invité dans sa chambre. Puis, il a commencé à écrire sur mon corps. Ensuite, il s’est mis à me faire des attouchements sexuels. J’étais très surpris. Je suis sorti immédiatement de la chambre. La deuxième fois, il m’a encore appelé chez lui au motif qu’il allait m’aider à réussir mon examen qui se profilait à l’horizon. Quand je suis allé chez lui, il m’a dit qu’il avait besoin de sperme. Il m’a recommandé une pénétration sexuelle par voie anale. Je me suis exécuté avant de quitter les lieux. La troisième fois, il m’a encore demandé de venir chez lui et j’y ai trouvé un autre mineur comme moi. Il m’a demandé d’avoir un rapport sexuel avec ce dernier. Il a ensuite prélevé notre sperme pour mettre ça dans un récipient rempli d’eau. Il l’a fait à plusieurs reprises. Parfois même, il demandait à des majeurs retrouvés sur place de me pénétrer. Aujourd’hui, j’ai grandi et je veux que justice se fasse. Mouhamed Habibou Guèye ne mérite pas de rester dans la société”.

A. K. : “Il est la première personne à m’acheter un téléphone portable. Il me suçait jusqu’à ce que j’éjacule et il récupérait mon sperme”

“Courant 2004, j’ai connu Mouhamed Habibou Guèye. J’ai tissé avec lui des liens très profonds alors que j’avais 12 ans. D’ailleurs, il est la première personne à m’acheter un téléphone portable. A l’époque, il m’avait même acheté un vélo aussi. Lors de nos échanges, il disait qu’il pouvait me donner des bains pour que je réussisse dans les études. Il m’arrivait, au même titre que d’autres enfants, de passer la nuit chez lui parce que tout le quartier le présentait comme un érudit. Je ne peux même pas vous dire le nombre fois que j’ai eu des rapports sexuels avec lui. Il ne m’a jamais pénétré, mais il me suçait jusqu’à ce que j’éjacule et il récupérait le sperme pour le mettre dans un récipient. Parfois, il me déshabillait et écrivait des versets sur mon corps. Quand j’ai atteint l’âge de la maturité, je me suis rendu compte que j’étais la proie d’un escroc et d’un violeur. Il détournait systématiquement les enfants du quartier et les violait. Il est temps que justice soit faite car il continue avec d’autres enfants du quartier”.

S. N. : “Aujourd’hui encore, il couche avec des enfants dont il paye les études”

“J’avais 12 ans. J’ai connu Mouhamed Habibou Guèye vers 2009. Il m’a fait croire qu’il pouvait m’aider à devenir une grande personnalité. Un jour, il m’a demandé de venir chez lui en extrême urgence. Je suis venu car je voulais vraiment réussir dans la vie et aider mes parents. Il m’a fait savoir qu’il avait besoin de mon sperme et pour cela il fallait que je couche avec lui. Il a sucé mon sexe jusqu’à ce que j’éjacule. La deuxième fois, il m’a pénétré par voie anale. Je ne sais pas pourquoi, mais à chaque j’étais comme inconscient. Il a abusé de moi à plusieurs reprises. Il a violé beaucoup d’enfants du quartier. Aujourd’hui encore, il occupe une chambre dans laquelle il héberge des enfants avec qui il couche tout en payant leurs études”.

S. B. : “Il m’avait fait croire que pour réussir dans mes études, je devais avoir des rapports sexuels avec lui 7 jours sur 7”

“J’avais douze ans au moment des faits. Nous étions attirés par lui car on le présentait comme un marabout avec des pouvoirs mystiques. Mes amis et moi avions commencé à le fréquenter. Un jour, je suis venu chez lui vers les coups de 8 heures du matin. Il m’a de- mandé de le pénétrer par voie anale. Il a récupéré ensuite mon sperme. Avant chaque rapport, il mettait un film pornographique. Un jour, il m’a imposé d’avoir des rapports sexuels avec un autre mineur. Il m’avait fait croire que pour réussir dans mes études je de- vais avoir des rapports sexuels chaque jour, pendant une semaine. Notre dernier acte contre nature remonte à novembre 2019. J’avais honte de parler de cette affaire car j’avais peur que la société me juge. Il aussi abusé de M.W., K., A., M.D… Quand j’ai atteint l’âge de la maturité, j’ai décidé, avec les autres victimes, de saisir la justice”.

M. C. : “J’avais 14 ans, il prétendait qu’il avait besoin de mon sperme pour fabriquer une potion magique”

“J’avais quatorze ans au moment des faits. J’ai connu Mohamed Habibou Guèye vers 2007. Un jour, alors que je dormais chez lui, il s’est mis tout nu avant de se mettre sur moi. Je l’ai repoussé et il prétendait qu’il avait besoin de mon sperme pour me faire une potion. Fin 2019, j’ai appris, à ma grande surprise, qu’il continuait avec certains jeunes du quartier. Et pire, il les sodomise”.

A.N : “J’avais 14 ans, un jour il m’a demandé mon sperme…”

“J’avais 14 ans au moment des faits. Mouhamed Habibou Guèye était notre maître coranique. Il était gentil avec nous et nous invitait souvent dans sa chambre. Un jour, il m’a demandé mon sperme ainsi que celui d’un de mes amis pour des besoins personnels. J’ai refusé. Un autre jour, il s’est mis tout nu avant de tenter de me sodomiser. Je me suis enfui. Mon ami, I. D., est aussi une victime. Mais, aujourd’hui, il vit à l’étranger”.

Laisser un commentaire

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.