Covid-19: Comment le Chef de l’Etat a perdu le contrôle du pays !

Covid-19: Comment le Chef de l’Etat a perdu le contrôle du pays !

Voler au secours du Chef de l’Etat, c’est bien ce qu’il urge de faire car le président Sall a perdu le contrôle du pays. Le coronavirus aidant, il a presque mis le pays sens dessus-dessous à cause des mesures de restriction mises en place pour dompter la pandémie à coronavirus.

Les Sénégalais ne savent plus à quel saint vouer leur sort. Tout le monde râle, chaque frange se sent lésé, chaque citoyen est sur le qui-vive. Avec à la clé 2310 patients positifs au Covid-19,890 guéris et 25 décédés et 1314 patients sous hospitalisation; le Sénégal fait figure de pays secoué par la pandémie.

L’on parle de plus en plus de corona business car les 1000 milliards décaissés pour lutter contre le Covid-19 vont servir à enrichir et à entretenir certains amis et faire l’affaire de la clientèle politique.
A 50 cas positifs au coronavirus, la situation était jugée très grave pour le Chef de l’Etat et à 2310 patients positifs au coronavirus, le président Sall a abandonné ses premières mesures de prévention pour que les Sénégalais puissent vivre.

C’est à dire s’acclimater à ce virus-tueur afin que les activités générales puissent poursuivre leur cap. La loi a été “dévoyée” par une Loi d’habilitation pour “accélérer” la cadence.
Quelque temps après, le président a “cadencé” l’accélérateur en procédant à des restrictions sur les mesures de prévention idoines dont tout le monde espérait qu’elles auraient pu sauver la mise.

. Après l’union sacrée en effet,c’es l’union des incertitudes en ce qui concerne les stratégies mises en place pour endiguer le
coronavirus. Pauvre Sénégal ,Quand on a un président qui perd le contrôle de son pays, c’est aux Sénégalais d’en reprendre le contrôle !

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Loading…

0

Covid-19 – Reprise des classes : Le RUR invite à rassurer les enseignants

Reprise des cours à l’écoles: “Macky Sall n’a pas pris en compte les Dahras…”