Football

« La CAN à 24 gagnerait beaucoup si les pays hôtes acceptent de s’ouvrir à la co-organisation »

Invité ce samedi de la plateforme de l’Association nationale de la presse sportive (ANPS) sur le réseau social, WhatsApp, Me Augustin Senghor, le président de la Fédération sénégalaise de football (FSF) a affirmé que la Coupe d’Afrique des nations à 24 gagnerait beaucoup si les pays hôtes acceptent de s’ouvrir à la co-organisation.

Selon le président Senghor qui est également membre du Comité exécutif de la Confédération Africaine de football (CAF), sur le continent africain, « deux à trois pays ont des infrastructures pour abriter seuls cette compétition ».

Et de s’expliquer : « Avec cette CAN à 24, je pense que ce serait judicieux que la Confédération africaine de football (CAF) indique aux pays qui auront du mal à organiser de voir du côté de leur voisinage la possibilité de faire une co-organisation. »

« Une CAN à 24 est très compliquée à organiser »

« Et si une grande puissance comme les Etats Unis d’Amérique s’est associée au Mexique et au Canada pour abriter une Coupe du monde, pourquoi des pays voisins sur le continent ne peuvent pas s’associer pour une CAN à 24. Je suis sûr qu’une CAN avec deux pays voisins sera une belle fête et les deux pourraient bénéficier de belles infrastructures pour développer leur football au niveau national après la phase finale de la CAN. »

« C’est à la Guinée de dire oui ou non si elle est prête »

Interpellé sur une co-organisation de la CAN 2025 avec la Guinée désignée pays hôte, Me Augustin Senghor indique : « Aujourd’hui, c’est à la Guinée de dire oui ou non si elle est prête ou pas à une co-organisation », soutient-t-il même s’il n’écarte pas l’idée. Surtout que « la Guinée avait fait acte de candidature pour une CAN à 16 ».

Et aussi, le Sénégal et la Guinée sont deux pays voisins. « Cela d’autant plus que les autorités sénégalaises sont engagées dans un processus de construction et de réhabilitation d’infrastructures qui permettra à moyen terme de disposer de cinq à six stades modernes. Si la Guinée accepte la co-organisation, ce sera une excellente chose et ce sera plus léger pour chacun des deux pays », a conclu Me Senghor qui est aussi vice-président de la Commission organisation de la CAN.

Pour rappel, l’Egypte est le premier pays à organiser une CAN à 24 équipe, en 2019, après le retrait du Cameroun qui n’était pas prêt.

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.