Lactualité en temps réel

Licenciement et autres : l’inspection du travail croule sous les plaintes

Jamais l’inspection du travail n’a travaillé à un rythme aussi effréné. Malgré l’ordonnance n°001-2020 du 8 avril 2020, aménageant des mesures dérogatoires au licenciement et au chômage technique durant la période de la pandémie, certains chefs d’entreprises procèdent à des licenciements ou envoient des employés au chômage technique sans renumérotation.

Les inspections du travail, selon l’observateur, sont beaucoup plus plus sollicités que d’habitude pour les litiges, plusieurs emplois étaient menacés.

Les inspections du travail sont plus sollicitées que d’habitude car la pandémie a mis à rude épreuve les emplois en menaçant leur pérennité, a fait savoir Amar Diop, inspecteur exerçant dans la région de Dakar. Le taux de fréquentation a été faible pendant les premières heures de restriction, mais depuis un mois, il est très élevé et même plus avant la covid19.

Dans les 95% des cas, se sont les employés qui se plaignent d’avoir été licenciés, alors que l’ordonnance l’interdit, et ils demandent leur réintégration, ou alors on les a mis au chômage technique sans renumérotation ou avec 50%, tandis que le minimum c’est 70%.

Laisser un commentaire

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.