Lactualité en temps réel

Un agent de l’Ige arrêté pour vi0l

Mis aux arrêts par les gendarmes de la brigade de la Foire, M. Ndiaye, agent assistant de vérification à l’Ige, a été présenté hier vendredi, devant le procureur de la république du tribunal de grande instance de Dakar. Il est accusé de détournement de mineure suivi de viols sur une lycéenne de 17 ans.

Agent en activité à l’Inspection général d’état (Ige), le sieur M. Ndiaye vient de tremper dans une grave affaire de mœurs, qui risque de compromettre sa prometteuse carrière professionnelle. Ses démêlés judiciaires remontent à la date du 22 juillet dernier. Ce jour, sa présumée victime, une lycéenne en classe de 1ère, accompagnée de sa maman, civilement responsable, articule puis formalise sa plainte portant détournement de mineure et viol. L’agent de l’Ige, M. Ndiaye, sera mis aux arrêts le lendemain, après avoir déféré à une convocation qui lui a été servie par les pandores de la brigade de la Foire. M. Ndiaye a été présenté hier vendredi, devant le procureur de la république du tribunal de grande instance de Dakar.

Selon des sources avisées, cette affaire de mœurs qui a perdu l’agent de l’Ige, remonte à l’année dernière (2019). A l’époque, la jeune demoiselle A. B, 16 ans, très active dans les associations de quartier à la Foire, fait la connaissance de Mouhamed Ndiaye. Les deux vont approfondir leurs relations grâce à un certain Ahmet, ami de M. Ndiaye, qui a joué l’entremetteur. Pour ferrer la mineure, M. Ndiaye, qui se faisait passer pour un cadre à la présidence de la république, promettait un accès plus facile au financement des projets de la jeune élève… Les deux tourtereaux vont ainsi entamer une aventure amoureuse plus soutenue. Loin des regards indiscrets et souvent dans l’intimité de sa chambre, M. Ndiaye, célibataire, aurait entretenu plusieurs rapports sexuels avec sa copine, pourtant mineure. Seulement, la proximité suspecte entre les deux a fini par attirer l’attention de la mère de la mineure.

Femme d’affaires souvent entre deux avions, la dame, M. B. qui avait acheté un téléphone IPhone à sa fille, remarque que celle-ci passait plus de temps à communiquer avec un mystérieux correspondant au bout du fil. Discrètement, elle parvient à relever dans l’historique du téléphone de sa fille, le nombre d’appels incalculables émis par M. Ndiaye. Pétrifiée, la dame va joindre au téléphone Ndiaye et le sommer de laisser tranquille sa fille mineure. L’agent de l’Ige restera de marbre à cette interpellation et aurait envoyé des images et vidéos obscènes à sa copine. Ce que découvre la dame, M. B. qui cette fois, ne fait pas dans la dentelle. Le 22 juillet dernier, elle s’accompagne de sa fille à la brigade de la Foire et porte plainte contre M. Ndiaye. Exploitant cette complainte, les hommes du commandant Sangaré qui ont soumis la présumée victime à une expertise gynécologique, servent une convocation au mis en cause. M. Ndiaye se présente le lendemain aux gendarmes de la Foire.

Assistant de vérification, il se présente aux gendarmes sous la casquette de Directeur des ressources humaines de l’Ige

Optant pour une stratégie basée sur l’intimidation, il se présente sous la casquette de Directeur des ressources humaines (Drh), de l’inspection générale d’état (Ige). Mis devant les faits et confondu avec des indices concordantes et circonstanciés à charge, M. Ndiaye aurait avoué avoir entretenu plusieurs rapports sexuels avec la mineure, A. B. en classe de 1ère au collège Mikado sis à Sipress. Ce que confirme du reste la présumée victime. Poursuivant leurs investigations, le commandant Sangaré et ses hommes vont découvrir que le mis en cause a fait dans la surenchère et qu’en lieu et place de Drh de l’Ige dont il se prévalait, il est plutôt agent assistant de vérification à l’Ige. Né en 1986, M. Ndiaye a été placé en garde à vue, avant d’être déféré vendredi dernier, devant le procureur de la république, pour détournement de mineure suivi de viols.

Laisser un commentaire

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.