Lactualité en temps réel

Le jeu vidéo Fortnite se lance dans un brutal bras de fer avec Apple et Google

Epic Games, son éditeur, voulait contourner la commission financière imposée par les deux géants. En représailles, le jeu a été retiré de l’App Store et du Play Store. Le duel ne fait que commencer.

C’est une bataille entre mastodontes de l’industrie des loisirs avec, comme victimes collatérales, les adeptes d’un jeu vidéo ultra-populaire. Apple et Google ont retiré jeudi le célèbre jeu mobile Fortnite de leurs magasins d’applications, l’AppStore et le Play Store. Cette décision, rare pour une application aussi connue, intervient alors que son éditeur Epic Games entend depuis plusieurs jours installer dans le jeu un mode de paiement alternatif et moins cher pour le joueur.

En payant directement à Epic Games, il économise environ 2 euros par transaction pour acheter des armes ou des options. Problème : cela ampute les revenus d’Apple et Google des 30 % de commission sur les transactions des utilisateurs que tous les développeurs d’applications reversent aux géants américains depuis une bonne décennie.

Epic Games et sa puissante communauté de « gamers » s’érigent ainsi en contre-pouvoir et symbole pour tous les développeurs d’appli.

« Aujourd’hui, Epic Games a pris la décision malheureuse d’enfreindre les règles de l’App Store, qui s’appliquent à tous les développeurs et sont conçues pour que le magasin soit sécurisé pour nos utilisateurs », a déclaré Apple. « En conséquence, Fortnite a été retiré du magasin ».

Les mises à jour du jeu bloquées
Même cause et même conséquence chez Google : Fortnite est banni des téléchargements du Play Store où il est arrivé… en avril après de longs débats. Le jeu aux millions d’utilisateurs reste tout de même jouable sur les appareils où il est déjà installé, mais ses mises à jour sont logiquement bloquées.

Dans une dangereuse surenchère préméditée, l’éditeur américain Epic Games a doublement répliqué : en mobilisant sa communauté sur les réseaux sociaux avec le hashtag #FreeFortnite et une vidéo, mais aussi devant les tribunaux de Californie. En ligne de mire : Apple et Google accusés d’« abus de position dominante et de pratiques anticoncurrentielles ».

« Apple est plus gros, plus puissant, plus enraciné et plus pernicieux que les monopoles d’antan », déclame la plainte déposée jeudi devant un tribunal fédéral.

Signe que la bataille judiciaire prend des proportions gargantuesques, Epic Games s’est offert les services du cabinet de Christine Varney, une puissante avocate et ancienne procureure anti-monopole sous l’administration Obama. Elle a surtout marqué les esprits lors du grand procès entre le gouvernement américain et Microsoft accusé aussi de position monopolistique en 2001.

Ce procès pourrait durer des années et illustre les tensions entre les éditeurs d’applications et les deux seuls acteurs de la distribution. Peu de temps après avoir enclenché son action en justice, Epic Games a reçu le soutien d’autres développeurs comme Tinder ou Spotify.

LeParisien

Laisser un commentaire

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.