Lactualité en temps réel

DÉGUERPISSEMENT À TERME SUD : LES PRÉCISIONS DE SIDIKI KABA

Exit la Coopérative Militaire de Construction (COMICO). Le chef de l’État, Macky Sall, a donné toute l’assiette foncière de Terme Sud aux Armées sénégalaises. Me Sidiki Kaba, le ministre des Forces armées, qui donne l’information, précise que le Général de corps aériens, Birame Diop, en a été informé. Ce, “pour que les quinze hectares qui sont à Terme Sud puissent revenir entièrement à l’Armée, explique la tutelle. Et même la COMICO qui se trouve sur deux hectares doit céder la place pour que l’Armée puisse utiliser cet espace, et ainsi loger près de leur lieu de travail les soldats, les mariés. Officiers comme soldats du rang vont bénéficier alors de ce logement pour qu’ils servent dans les meilleures conditions de travail. Cela a été une mesure importante qu’il faudrait souligner, et cela coupe court à tout le débat où il était suggéré, où il était dit qu’il y avait une volonté de faire main basse sur cette partie de Terme Sud afin que les gradés et d’autres pontes du régime puissent y loger. Cela n’est plus possible. Le président a pris la décision la meilleure qui entre dans le cadre de la montée en puissance de notre Armée qui a besoin d’avoir un espace où elle aura la capacité de se déployer.”

Par ailleurs, la tutelle confirme l’appui de 800 millions de Macky Sall en faveur des déguerpis “pour qu’ils puissent trouver un toit ailleurs”.

Des 79 familles, dix parmi elles c’est-à-dire des militaires en exercice, sont encore sur place, indique Me Sidiki Kaba.

Revenant sur la procédure, l’ex-ministre de la Justice signale : “Dans le cadre de ce dossier, quoi qu’on en dise, l’Armée sénégalaise a eu une posture respectueuse du droit et de la loi. Et n’a pas fait justice pour elle-même et par elle-même. Justice lui a été rendue par des Tribunaux et des juridictions compétents du Sénégal. Cela montre encore une fois que c’est le Droit de la force que l’on a voulu mettre en avant qui n’a pas été utilisé. La procédure qui a eu lieu est une procédure qui s’est faite dans les règles de l’art. Lorsque vous disposez d’une décision de justice au Sénégal, et que vous avez des difficultés pour pouvoir l’exécuter, vous devez la remettre à un huissier, ce qui a été fait. Et l’huissier lorsqu’il rencontre des difficultés, ce que prévoit la loi, c’est demander les forces de l’ordre pour pouvoir l’aider à exécuter une décision de justice surtout si elle a l’autorité de la force jugée. C’est ce qui s’est fait”.

Le ministre s’exprimait en marge de la cérémonie d’ouverture de la 3e session des cours d’Etat-major, 2020-2021, au camp militaire Général Mountaga Diallo de Bel Air.

Laisser un commentaire

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.