Vers le KO «Les chiffres réels dépassent largement ceux publiés quotidiennement»

Pr Cheikh Mbacké Lo :«C’est sûr qu’il ya beaucoup de malades aujourd’hui qui dé cèdent chez eux, sans qu’on leur fasse les tests.

Vers le KO «Les chiffres réels dépassent largement ceux publiés quotidiennement»

«Les chiffres réels dépassent largement ceux publiés quotidiennement»:

Professeur agrégé de santé publique, Cheikh Mbacké Lo est d’avis qu’avec le déni de la maladie et le refus de se faire tester, les chiffres officiels publiés quotidiennement par le ministère de la Santé ne peuvent pas refléter la réalité.

Vers le KO «Les chiffres réels dépassent largement ceux publiés quotidiennement»

Pr Cheikh Mbacké Lo :«C’est sûr qu’il ya beaucoup de malades aujourd’hui qui dé cèdent chez eux, sans qu’on leur fasse les tests.

Cela fait que le nombre qu’on donne ne concerne que ceux (les malades, Ndlr) qui sont allés dans des structures sanitaires. Mais c’est sûr qu’il y a dans des coins reculés, des gens qui sont décédés du Covid-19 et qu’on a enterrés sans faire le test.

Si on nous dit 10 décès, ça veut dire qu’il y en a plus. Cela remet en cause la vérité des chiffres. Mais l’Etat ne peut communiquer que ce qu’il a.»

Vers le KO «Les chiffres réels dépassent largement ceux publiés quotidiennement»

Pour le Professeur Lo, ce qui est étonnant aujourd’hui, c’est que les populations continuent de contester la maladie et font comme si de rien n’était.

«Depuis presque un an, les spécialistes de la santé expliquent et sensibilisent, mais on dirait qu’on ne nous entend pas.

Et au lieu de se concentrer sur l’application des mesures barrières, les gens polémiques sur les vaccins. Que les gens arrêtent de croire aux théories de conspiration de l’épidémie», avise Pr Lo.

Qui reste convaincu de la nécessité de renforcer les dispositifs de protection dans les écoles et le transport.

Vers le KO «Les chiffres réels dépassent largement ceux publiés quotidiennement»

D’après lui, ces deux milieux sont propices pour propager la maladie. Le combat, dit-il, doit être communautaire pour diminuer le flux qui va à l’hôpital. Tout le monde doit être impliqué pour faire baisser la propagation de la maladie.

«Il faut retourner à la stratégie de départ où toute la communauté a été mobilisée dans la riposte. Ce qu’il faut aujourd’hui, c’est redémarrer ce moteur-là pour que tout le monde puisse s’y mettre et ne pas še focaliser sur le vaccin», explique-t-il.

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Loading…

0

Voici pourquoi Diary a contacté Serigne Mbaye THIAM

Gendarmerie Kebemer : Le commandant se déguise en femme pour piéger un dealer