La souffrance des filles minces : ” Khana doo Léék, Sééw Raaguine… “

Ndèye Sokhna* a toujours été traumatisée par sa taille fine. Adolescente, anorexique, elle subit, pendant des années, la violence verbale due à son physique peu avantageux. Des remarques du genre «xana do lek (tu ne manges pas assez chez toi ?», «Sew raguine (rachitique)», avaient fini d’empoisonner sa vie.,

https://www.teledakar.net/wp-content/uploads/2021/01/612x298_812f11882363e63ce76f5cb7dbdc014ae7e6c599.jpg

«Après quelque temps de prise des suppositoires, j’ai fondu»

Ndèye Sokhna* a toujours été traumatisée par sa taille fine. Adolescente, anorexique, elle subit, pendant des années, la violence verbale due à son physique peu avantageux. Des remarques du genre «xana do lek (tu ne manges pas assez chez toi ?», «Sew raguine (rachitique)», avaient fini d’empoisonner sa vie.,

 

«Ces mots étaient d’une telle cruauté qu’ils avaient fini par me faire perdre confiance en moi», se rappelle tristement l’étudiante. Meurtrie, Sokhna en avait pleuré toutes les larmes de son corps. Depuis, elle est entrée dans une colère froide et folle. De celle qui prend le temps de mariner au fond de l’âme. Et qu’on n’apaise que par une vengeance.

La souffrance des filles minces : " Khana doo Léék, Sééw Raaguine... "

Elle avait d’abord commencé par en parler avec quelques amies pour diagnostiquer le problème, puis avait frénétiquement cherché sur Internet, le remède à son anorexie.

«Vous n’avez pas idée du nombre de remèdes qui existent pour arrondir les fesses et les hanches»,

chuchote-t-elle. Elle commence à prendre des sirops vendus sur facebook puis des gélules vendues à 15 000 FCfa.

«J’en ai pris 4» et quatre mois plus tard, le petit canard devint un beau cygne.

La souffrance des filles minces : " Khana doo Léék, Sééw Raaguine... "

«J’étais magnifique et tout le monde parlait de mes rondeurs. Ma finesse était devenue un mauvais souvenir.»

Excitée, Sokhna s’enhardit lorsqu’elle découvre au hasard d’une publication, l’existence de suppositoires.

Plus efficaces et à l’action rapide pour augmenter les hanches et les fesses. C’était le début de son cauchemar. Au bout de trois jours, elle commence à avoir de terribles maux de tête.

«J’en prenais deux par jour. Il m’est arrivé de ne pouvoir même pas marcher, puisque mes pas retentissaient dans ma tête. Mes maux de tête m’empêchaient de dormir.»

La souffrance des filles minces : " Khana doo Léék, Sééw Raaguine... "

Apeurée, elle diminue la dose. Mais les douleurs persistaient. Douleurs au bas ventre, aux reins, crampes d’estomac, migraines aiguës, fièvre.

«A un moment, j’avais même du mal à m’asseoir.» Cerise sur le gâteau, en peu de temps, Sokhna perd tout le poids qu’elle avait gagné en 4 mois.

Des ennuis sanitaires inexplicables en prime, fruit de produits achetés sur le net et aux origines souvent douteuses.

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Loading…

0

VDN3 Le sable sur la route fait deux accidents en un jour

Après l’épisode Diary Sow, les Sénégalais peuvent retourner aux choses sérieuses