Actualités

La liberté de la presse reste très fragile en Afrique

L’instabilité politique et les coups d’État comme au Soudan, au Mali, en Guinée ou au Tchad, ont participé à la dégradation des conditions de travail des médias.

Dans son bilan annuel sur des exactions commises à l’encontre des journalistes, publié en décembre, l’ONG Reporters sans frontières (RSF) tire la sonnette d’alarme sur le nombre croissant de journalistes détenus dans le monde.

Et avec plus de 100 journalistes arrêtés arbitrairement et 26 autres toujours détenus en 2021, l’Afrique ne fait pas exception, selon le rapport de RSF.

L’Afrique de l’Est est la région la plus hostile à la liberté des médias sur le continent, note Arnaud Froger, responsable du bureau Afrique de RSF.

« Au cours de l’année en Afrique subsaharienne, 26 journalistes étaient détenus au moment de la publication de notre bilan, principalement au Cameroun, au Bénin, en Éthiopie, au Nigeria, en Ouganda, au Soudan et en Érythrée. »

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.