Sante

Les ruptures amoureuses et les années de célibat affecte la santé des hommes

Le saviez-vous? Les hommes qui ont connu plusieurs ruptures amoureuses ou des années de célibat le ressentent directement sur leur santé, selon une étude menée à grande échelle au Danemark. En revanche, pour les femmes, leur vie amoureuse n’aurait pas d’impact direct sur leur santé, précise la recherche.
L’année dernière, une étude menée par l’université Johns Hopkins mettait en lumière les impacts négatifs de l’isolement social sur la santé d’une personne. Une nouvelle recherche, menée par l’université de Copenhague, affirme que le célibat et les ruptures affectent différemment les femmes et les hommes. La santé de ces derniers serait davantage impactée par leur statut amoureux.

Dans le cadre de cette étude, l’université de Copenhague a analysé les données de 4.835 Danois âgés de 48 à 62 ans. Les données s’étendaient sur une période de vingt-six ans, de 1986 à 2011, et comprenaient des informations sur le nombre d’années de célibat et le nombre de ruptures vécues par chaque répondant. Le sang des participants a également été examiné, notamment pour déterminer la quantité d’interleukine-6 et de protéine C-réactive, deux protéines qui indiquent la présence d’une inflammation.

Ruptures et célibat
Les résultats ont montré que le sang des hommes d’âge moyen qui avaient subi quelques peines de cœur ou qui étaient célibataires depuis plusieurs années présentait des niveaux d’inflammation plus élevés. À long terme, cela peut entraîner une baisse des performances physiques et cognitives et un risque accru de maladie cardiaque et de décès.

Les hommes qui avaient connu deux ruptures amoureuses ou plus présentaient les niveaux d’inflammation les plus élevés: leurs niveaux étaient 17% plus élevés que les participants qui n’avaient pas encore connu de séparation. Idem pour les hommes célibataires depuis sept ans ou plus: leurs valeurs mesurant l’inflammation étaient 12% plus élevées que celles des hommes célibataires depuis un an au plus. Les chercheurs ont également vérifié si l’éducation, le poids, les conditions médicales ou d’autres facteurs importants influençaient les résultats. Ce n’était pas le cas. Par conséquent, le chagrin d’amour ou la solitude étaient les seules explications possibles. Chez les femmes, les scientifiques n’ont pas constaté d’augmentation des niveaux d’inflammation.

Explications
“Notre étude montre que les hommes d’âge moyen qui restent célibataires pendant une longue période ou qui se replient souvent sur eux-mêmes constituent un groupe vulnérable”, explique le professeur Rikke Lund, qui a codirigé l’étude. Elle cite un certain nombre d’explications plausibles pour ces résultats.

“Il a déjà été prouvé que les hommes de cet âge sont généralement plus dépendants de leur partenaire que les femmes et ont généralement un réseau social plus restreint. Cela contribue à leur solitude. Il est également prouvé que les hommes qui vivent seuls ne prennent pas toujours bien soin d’eux-mêmes et sont plus réticents à contacter un médecin en cas de problèmes de santé. Les femmes ont plus tendance à se tourner vers leurs amis et leur famille après une rupture, et sont peut-être mieux à même de gérer le stress qu’elles subissent. Avoir quelqu’un à qui parler peut faire une grande différence.”

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.