International

Algérie: ingérence dans les affaires des autres nations, Tebboune devant la presse nationale

L’Algérie s’interdit toute ingérence dans les affaires des autres nations, prône le dialogue, les voies pacifiques et diplomatiques pour le règlement des conflits. Le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, a affirmé que le sommet arabe prévu le mois de novembre prochain à Alger, sera une réussite.
«Bien sûr ça sera une réussite. L’Algérie n’a aucune arrière-pensée derrière l’organisation de ce sommet. Notre seul objectif est de rassembler nos frères», a souligné M. Tebboune lors de son entrevue périodique avec le représentant des médias nationaux, diffusée hier, sur les chaînes de la Télévision et de la Radio nationales.

Le chef de l’Etat a indiqué que ces dernières années, il y a eu de grands affrontements et des conflits entre les pays arabes sur certaines questions, précisant que ces conflits sont connus de tous. Cependant, il a relevé l’importance de réunir la famille arabe en Algérie.
« Le plus important pour nous est de réunir nos frères arabes car l’Algérie est le pays indiqué pour jouer le rôle de médiateur et de rassembleur de la Nation arabe du fait de son expérience à résoudre les différends», a souligné M. Tebboune, précisant que la Syrie, qui est un pays frère, reste légalement et historiquement le pays fondateur du Sommet arabe.

Du point de vue de la légitimité, confiera le président de la République, la présence de la Syrie au sommet arabe d’Alger est naturelle, ajoutant que sur le plan politique et conjoncturel, les frères syriens ne veulent pas être la cause qui divisera les rangs plus qu’ils ne le sont actuellement.
«La Syrie a le temps de réfléchir et nous avons le temps pour y réfléchir. Nous sommes en contact permanent avec les pays arabes et nous sommes en train d’œuvrer avec fermeté et une croyance en l’unité de la nation arabe», a-t-il relevé.

«L’avenir de l’Algérie est en Afrique»

Sur la thématique de l’énergie, Abdelmadjid Tebboune a assuré que plusieurs projets intégrés ont été lancés et auront une portée continentale car l’avenir de l’Algérie est en Afrique. «Le gazoduc transsaharien qui traversera le Nigeria, le Niger et l’Algérie c’est du panafricanisme. De même que la liaison ferroviaire avec le reste du continent.»

Le chef de l’Etat a, d’autre part, déclaré que le retour de l’Algérie sur la scène régionale a été fortement salué par nos pairs. «Nous sommes ent rain de renforcer notre coopération avec le reste du continent notamment en ce qui concerne les liaisons aériennes et maritimes. Il n’est pas normal que l’on aie dû attendre 60 ans pour ouvrir une ligne maritime avec Dakar et que nous n’ayons pas de ligne aérienne directe avec le Nigeria et l’Afrique du Sud.»

«Les JM d’Oran sont un grand succès»

Abordant le chapitre des jeux Méditerranéens Oran-2022, le président de la République n’a pas manqué de relever le succès qu’a connu cette 19e édition.
« Nous avions de l’espoir que l’organisation de ces jeux en Algérie soit un véritable succès et nous avons œuvré pour sa réussite. Il y avait des indicateurs qui le démontraient, mais pas d’une telle ampleur.» Le Président Tebboune n’a pas omis de saluer la précieuse contribution de la société civile et du mouvement associatif qui sont venus des 58 wilayas du pays pour encourager les athlètes algériens.
Le président de la République a indiqué que le peuple avait quelques appréhensions, soulignant le travail qui se fait avec la société civile et le mouvement associatif et qui se sont impliqués pour faire des jeux Méditerranéens une grande fête et une grande réussite grâce aussi à la contribution des volontaires poussés pour l’amour de leur pays.

Evoquant le défilé militaire organisé par l’Armée nationale populaire (ANP) à l’occasion de la célébration du 60e anniversaire du recouvrement de la souveraineté nationale, M. Tebboune a indiqué que ce sont des traditions des pays qui se sont libérés du colonialisme par les armes et qui se sont sacrifiés pour recouvrer leur indépendance et leur souveraineté.
«Le retour aux origines est une vertu. Nous avons organisé ce défilé qui s’est arrêté durant une trentaine d’années», a-t-il dit, ajoutant que toutes les grandes nations organisent leurs propres défilés et l’Algérie est un grand pays africain qui a son poids en Méditerranée et les événements le confirment.
Le chef de l’Etat a précisé que «l’Algérie a le droit d’organiser un défilé militaire pour montrer la cohésion qui existe entre le peuple algérien et l’ANP qui est une Armée-Nation.

«Le gouvernement doit être à la hauteur des aspirations du peuple»

Le Président Tebboune n’a pas écarté l’éventualité d’un remaniement ministériel. Une pratique de gouvernance, explique-il, tout à fait « naturelle» et qui «interviendra en moment opportun». Invité à expliciter le projet de main tendue (initiative de rassemblement national), le Président Tebboune a précisé qu’elle englobe les «égarés» parmi les Algériens, mais qui sont passibles de «revenir au sein de la communauté nationale». Cependant, y sont d’ores et déjà exclus, ceux qui appellent à «l’ingérence étrangère» , les éléments qui forment la « cinquième colonne». «Pour ceux- là, c’est peine perdue», a-t-il tranché. L’Algérie trace son sillon et «avance à pas sûrs sur le chemin du développement, et personne ne peut freiner sa marche». Dans ce sillage, le Président Tebboune a qualifié de «mensonge du siècle», les allégations faisant état de l’existence, en Algérie, de «détenus d’opinion». «L’insulte et la diffamation ne sont pas une opinion, c’est une violation de la loi. La liberté d’expression est conditionnée par le respect de l’autre», a-t-il précisé. Le Président en veut pour preuve, la publication en Algérie de plus de 180 journaux quotidiens, de chaînes télé privées et une noria de sites d’information. «Combien de pays dans notre région pourrait se targuer d’en avoir autant ? Notre presse est totalement libre», plaide le chef de l’État. Le Président Tebboune est partisan d’un État sourcilleux sur l’exercice plein de ses pouvoirs régaliens. «Il n’y a pas de démocratie ssans un État fort», rappelle-t-il. Sur la question en rapport à l’autosuffisance en produits agricoles, le Président a exhorté pour le changement des mentalités : «Certes, aucun pays au monde n’est complètement autosuffisants, mais on peut l’être pour certains produits, comme les blés dur et tendre.»

«Restructuration du secteur agricole»

L’agriculture est un secteur productif et doit être pris ainsi, considère-t-il. Point de social. Il estime, à ce propos, que les aides et soutien de l’État aux filières agricoles n’ont pas eu l’effet et le rendements escomptés. «Nous avons, donc, décidé de restructurer le secteur agricole et nous avons fixé un cap d’ améliorer de plus de 50% les rendements pour l’année prochaine», a-t-il estimé. Concernant la lutte contre la bureaucratie, le Président Tebboune a affirmé que des personnages malveillants, disséminés dans l’appareil de l’État, font tout pour saper l’autorité, faire échec aux initiatives et projets publics, et porter atteinte à l’image de marque de l’Algérie nouvelle. «Mais nous sommes là pour les neutraliser», rassure-t-il. «Nous avons pu voir des avions et des navires du pavillon national faire les trajets quasiment vides, et cela est fait délibérément pour frustrer les Algériens et pour dire voilà à quoi ressemble l’Algérie nouvelle. Une chose est sûre, je ne ménagerai personne qui porterait atteinte à la dignité de notre peuple», a-t-il averti. «Respectez la dignité des Algériens !» enjoint-il. Au sujet de la gouvernance économique, le Président s’est dit partisan de «l’État régulateur». Un État qui ne s’immisce pas dans les affaires entre individus et opérateurs et accorde toutes latitude et liberté à l’investissement privé créateur de richesse. Le chef de l’État annonce une prochaine appréciation de la monnaie nationale et des augmentations salariales progressives, ainsi que pour l’allocation chômage. Cette perspective «est à l’étude au niveau du gouvernement», précise-t-il, tout en intégrant le risque réel d’inflation, ajoute le Président. Il a, enfin, salué le «top management patriotique» de Sonatrach à travers ses employés, qui, par leurs «ardeurs à la tâche et leur esprits nationaliste, ont permis à l’Algérie de recouvrer tout son potentiel». «D’importantes découvertes seront, assure-t-il, prochainement annoncées.» Enfin, pour la généralisation de la langue anglaise, il a déclaré qu’elle sera effective, l’année prochaine, au niveau du palier primaire. Dans un premier temps. «Bien que le français, comme on dit, soit un butin de guerre, l’anglais, c’est la langue internationale, la langue de l’économie, de la mondialisation et des sciences.», a-t-il affirmé.
Synthèse de Kamelia Hadjib et Sami Kaïdi

…………………………

« BRICS : l’Algérie satisfaite en grande partie aux conditions d’adhésion»

Le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, a affirmé que l’Algérie satisfaisait, en grande partie, aux conditions d’adhésion aux BRICS. «L’adhésion au Groupe BRICS est tributaire de conditions économiques auxquelles l’Algérie satisfait en grande partie», a souligné le Président Tebboune. À une question de savoir si l’Algérie ambitionnait d’adhérer à ce groupe, le président de la République a rassuré que «cela est envisageable, mais n’anticipons pas. Ce qui est sûr, c’est qu’il y aura de bonnes nouvelles», ajoutant que «l’Algérie s’intéresse aux BRICS, en ce qu’ils constituent une puissance économique et politique». «L’adhésion à ce groupe mettrait l’Algérie, pays pionnier du non-alignement, à l’abri des tiraillements entre les deux pôles», a-t-il ajouté.
Le Groupe BRICS comprend les pays aux taux de croissance les plus exceptionnels. Il s’agit du Brésil, de la Russie, de l’Inde, de la Chine et de l’Afrique du Sud.

…………………………

« L’ANP, une armée pacifique »

Le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, a affirmé que l’Armée nationale populaire (ANP) est une «armée pacifique qui poursuit sa mission de protection de la patrie, en fidélité au message des chouhada». L’ANP est une «armée-nation et la nation est protégée par son armée», a déclaré le Président Tebboune. Et de poursuivre : «Notre armée est pacifique, n’a jamais dérogé aux us internationaux et poursuit sa mission de protection de la patrie, en fidélité au message des chouhada.» Évoquant le lien armée-peuple, le président de la République a assuré que «nous avons nos propres moyens, notre armée est forte et le peuple algérien, si fort, jouit de la fierté nationale et demeure attaché à l’unité nationale». Au sujet du défilé militaire organisé à l’occasion de la célébration du 60e anniversaire du recouvrement de la souveraineté nationale, le président de la République a considéré que ce défilé «s’inscrit dans les traditions des pays, à l’instar de l’Algérie, libérée d’ailleurs par la force armée, et non par une indépendance offerte par quiconque». L’Algérie a dû payer «un lourd tribut pour son indépendance, c’est-à-dire la vie de millions de martyrs», a-t-il rappelé. L’organisation du défilé militaire est en fait un «retour à la source», et le peuple algérien «attendait un tel défilé depuis près de 30 ans», a-t-il souligné. «Toutes les grandes puissances organisent de telles parades, à l’exemple de l’Algérie, un grand pays en Afrique et influent en Méditerranée, comme en témoignent plusieurs événements».

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.